Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim
Pédagogues célèbres #2: Célestin Freinet ou l'école populaire.

Célestin Freinet (Les pédagogues célèbres #2)

Célestin Freinet fait partie des pédagogues célèbres, notamment en France, grâce à ses nombreux écrits et les nombreux enseignants qu’il a entrainé dans son sillage. Son travail a été beaucoup documenté dans L’Educateur — un journal sur l’Ecole Moderne  — que l’on peut retrouver sur le site de l’ICEM.

Cet article fait partie d’une série sur les pédagogues célèbres. Dans l’épisode précédent, je vous parlais de la plus connue de tous: Maria Montessori.

Célestin Freinet fait partie des pédagogues de l’Education Nouvelle, bien qu’il ait vécu et travaillé à partir des années 30. Il s’est beaucoup inspiré des pédagogues du début du siècle pour former sa propre pédagogie. C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Célestin Freinet, le pédagogue du peuple

Elevé dans l’arrière-pays niçois, Freinet est très attaché à ses racines. Ses écrits témoignent de son attachement aux valeurs et aux comportements des ruraux de l’arrière-pays méditerranéen français. Ce sera d’ailleurs sa région privilégiée pour développer sa pédagogie et ses idées. Il va fortement s’imprégner des écrits des pédagogues de l’Education Nouvelle, mais finit par s’en détacher. En effet, pour lui, ces idées ne vont pas assez loin et sont trop théoriques. Son objectif est de créer une école pour les classes populaires, une école où les enfants sont acteurs de leurs apprentissages et sont mobiles.

Il ouvre son école – l’école de Vence – en 1935 à Saint-Paul-de-Vence, après de nombreux problèmes avec les conservateurs de son village. Sa pédagogie n’est d’ailleurs pas reconnue jusqu’à l’arrivée du Front Populaire au pouvoir. Avec la seconde guerre mondiale, Célestin Freinet est arrêté et son école dévastée. Il écrit ses textes les plus importants à cette période.

Il faudra attendre 1992 pour que sa pédagogie soit de nouveau reconnue.

La nature de l'enfant selon Célestin Freinet - Invariants pédagogiques 1 à 10ter;

Pédagogie du bon sens

En s’identifiant à la figure du « paysan-poète-philosophe » des Dits de Mathieu, Célestin Freinet revendique une pédagogie du bon sens qui serait forcément populaire. Si cette notion a été reprise lors de Mai 68 et de la remise en cause du système, elle n’est plus vraiment utilisée aujourd’hui. Elle a toutefois placé Freinet à part des pédagogues de l’Education Nouvelle, car fortement politisé. Malgré tout, le concept reste fortement ancré dans les volontés politiques éducatives qui souhaitent une école démocratique et un enseignement accessible à tous, malgré les dérives que cela peut entrainer (cf. l’article sur la massification scolaire).

Alors même que la volonté du pédagogue est de construire une école populaire, il se place en contradiction avec la représentation sociale de l’enfant dans ces milieux, en arguant que l’enfant est l’égal de l’adulte. La base de sa pédagogie est une approche où la relation maitre/élève — au sens de sachant/ignorant — n’a plus de sens.

« La vie nouvelle de l’Ecole suppose la coopération scolaire, c’est-à-dire la gestion par les usagers, l’éducateur compris, de la vie et du travail scolaire. »

La méthode naturelle

De même que les autres pédagogues de l’Education Nouvelle, et notamment Maria Montessori, Célestin Freinet présente l’enfant comme un être à part entière et complet — par opposition à l’enfant vide d’Owen. Il rejoint Montessori sur le fait que les enfants doivent être respectés et traités en égal. 

Sa pédagogie s’inspire du psychologue genevois Claparède, en se basant sur le jeu et les essais et erreurs. Freinet parle de tâtonnement expérimental. A partir de cette notion, il développe la méthode naturelle basée sur trois piliers fondamentaux : le matérialisme pédagogique, la vie coopérative et la personnalisation des apprentissages.

Le matérialisme pédagogique

Ce pilier décrit l’utilisation d’outils et de techniques, supports des apprentissages, et qui créent une ambiance particulière au sein de la classe. Ces outils sont très spécifiques, comme l’imprimerie, l’appareil photographique, le vivarium, la caisse à outils. D’autres sont plus traditionnels tels que la bibliothèque ou les chevalets. Le pédagogue veut à travers ces ressources, former des hommes conscients et responsables.

« Il [l’enfant] est comme un arbre qui n’a pas encore achevé sa croissance mais qui se nourrit, grandit et se défend exactement comme l’arbre adulte. »

La Vie coopérative

La vie coopérative se traduit par une organisation particulière du temps de travail et des méthodes. Elle passe par un suivi de chaque élève et une vérification de son travail par le conseil de coopérative. Si vous souhaitez voir un exemple en action, je vous encourage à lire l’article sur l’école Vitruve.

La personnalisation des apprentissages

Ce troisième pilier s’appuie sur l’idée que le travail de l’enfant commence lorsqu’il est capable d’organiser et de conduire ses propres recherches. Pour ce faire, Freinet a mis en place un plan de travail personnalisé, individuel, pour chaque enfant. Ce plan évolue en fonction du développement de l’enfant. Il y intègre néanmoins une dimension essentielle de communication entre les membres du groupe. Un enfant n’est jamais seul face à ses problèmes.

Célestin Freinet et les techniques éducatives - Invariants pédagogiques 11 à 30.

La notion de milieu, si elle n’est pas présente dans la plupart de ses écrits, est essentielle dans la réflexion de Freinet. En effet, dès 1953, il déplore les conditions de l’espace scolaire, et demande 30% d’espace en plus pour pouvoir mener à bien sa pédagogie. Par ailleurs, plusieurs numéros de l’Educateur sont consacrés à l’organisation matérielle et spatiale de la classe. Il est néanmoins difficile de trouver des règles claires concernant le bâti, la lumière ou les couleurs.

Références

Debarbieux, E. (1991). Freinet, philosophe de l’enfance. Le Nouvel Educateur, n°222

Peyronie, H. (2013). Célestin Freinet. In Quinze Pédagogues, dir. Houssaye, J. Paris : Fabert

Freinet, C. (1994). Oeuvres Pédagogiques, 2 tomes. Paris : Seuil

Meirieu, P. Freinet et les sciences de l’éducation: des rencontres, des questions, une espérance.

Crédits photographiques: Archiskhole © 2018

Sarah, architecte DE et ingénieur bâtiment, créatrice du blog Archiskhole.

SARAH

Architecte DE et Ingénieur Bâtiment, j’ai conçu ce site pour vous accompagner dans vos questionnements et vos démarches autour de l’école. Bonne lecture !

Suivez-moi

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le blog Archiskhole, vous acceptez l’utilisation des cookies. En faisant défiler la page, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer