Widget Image
Widget Image
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim
Pédagogues célèbres, épisode #3 : Ovide Decroly ou l'école pour la vie, par la vie.

Ovide Decroly (Pédagogues célèbres #3)

Ovide Decroly fait partie des pédagogues de l’Education Nouvelle qui ont fortement transformer le rapport des adultes aux jeunes enfants. On peut rapprocher sa manière de penser avec celle de Maria Montessori, notamment dans leurs parcours, puisqu’ils ont tous les deux commencer à aborder les problématiques de l’enfance via la médecine.

Cet article fait partie d’une série sur les pédagogues célèbres.

Le premier article parle de Maria Montessori, une des premières femmes médecins en Italie.

Le deuxième article présente Célestin Freinet, pédagogue français des années 30.

Avant de vous expliquer plus en détail la pédagogie d’Ovide Decroly, je voudrais d’abord vous présenter un peu le parcours de ce psychologue belge.

Ovide Decroly, pédagogue de terrain

Né en 1871 à Renaix, en Belgique, Ovide Decroly se passionne très tôt pour tout ce qui touche à la nature et aux sciences naturelles. Après un cursus scolaire mouvementé — malgré ses bons résultats, il a du mal avec la discipline et la rigueur de l’école — il s’oriente vers la médecine puis les recherches en laboratoire, notamment sur les pathologies infantiles. Avec ses recherches sur le rôle des toxines dans l’alimentation, il obtient une bourse de six mois pour étudier à Berlin, puis une année à Paris. Il bifurque alors vers les pathologies nerveuses et mentales. De retour à Bruxelles, il ouvre la première école spécialisée pour enfants « irréguliers ».

Dans les pas des médecins, pédagogues et psychologues qui se sont intéressés à la question de l’enfant dans la société, Ovide Decroly prône une école respectueuse de l’enfant, de ses besoins et de ses envies. A travers ses recherches scientifiques, il veut se former une connaissance de l’enfant pour adapter l’école à ses besoins. Il est notamment célèbre pour sa méthode de lecture, appelée méthode globale.

Ovide Decroly, pédagogue belge qui a pensé une école pour la vie par la vie.
« La vie se modifie, l’enfant doit être préparé à la vie, les procédés de préparation à la vie doivent donc se modifier. Est-il possible qu’alors que tout se perfectionne et se transforme, que tout change d’aspect autour de nous, nous ne devions pas aussi et surtout changer nos modes d’éducation ? »

Decroly ou l’école pour la vie

La pédagogie d’Ovide Decroly se base sur deux axes : l’éducateur ne doit pas déranger le cours naturel du développement de l’enfant, et ce dernier doit être placé dans un environnement riche pour encourager ses potentialités.

Selon le pédagogue, l’enfant se construit grâce d’une part à son hérédité et d’autre part à l’action de son milieu. Il existe un certain nombre d’instincts transmis par l’hérédité, qui conditionnent le développement de l’enfant : les besoins primaires en lien direct avec l’instinct de conservation ; mais aussi les tendances secondaires, ou besoins instinctifs qui construisent la personnalité ; les tendances sociales et les tendances spécifiques primaires telles que l’instinct maternel ; les tendances défensives ; et enfin les instincts anticipations comme le jeu ou l’imitation.

Il insiste en parallèle sur l’action que le milieu peut avoir sur un individu et son développement, en particulier le milieu familial et social. Dans cette idée, il est fortement contre l’école traditionnelle, qu’il juge « mortifère », qu’il décrit comme une caserne sans vie, probablement à l’origine de nombreuses pathologies mentales.

Sa pédagogie

La pédagogie d’Ovide Decroly est basée sur le milieu et l’interaction constante de l’individu avec celui-ci. Elle est dite totalisante dans le sens où elle place l’enfant au centre de sa conception. Elle est divisée en trois grands axes : les centres d’intérêt de l’enfant, la notion de globalisation et le rapport au milieu.

« C’est de l’organisation et de l’influence de l’école que dépend l’avenir d’un peuple. »

Les centre d’intérêt de l’enfant

Selon Ovide Decroly, l’enfant apprend en fonction de ses centres d’intérêts. Ils correspondent aux besoins naturels de l’enfant: se nourrir, se protéger, se défendre, travailler. Il s’agit d’une technique qui permet de regrouper autour d’un sujet d’étude un ensemble de notions à apprendre. Les centres d’intérêt permettent d’établir un plan de travail en lien avec les intérêts collectifs d’une classe. C’est ce qu’explique les membres de l’école Decroly de Saint-Mandé juste ici. Les enfants de 3 à 8 ans ont des centres d’intérêts multiples, mais plus ils grandissent et plus le nombre se restreint. Les adolescents se concentrent sur un ou eux intérêts maximum pendant l’année. A l’intérieur de ces centres d’intérêt, il existe une multitude de thématiques qui varient en fonction des envies et de la curiosité des enfants.

La globalisation

D’après le pédagogue, l’enfant apprend de manière globale, avant de se pencher sur les détails. Ainsi, il va d’abord observer et mesurer le monde qui l’entoure grâce à ses sens. Ensuite, il compare, classe et analyse en fonction de ses expériences antérieures pour consolider son savoir. Enfin, il est capable d’exprimer de manière abstraite les concepts qu’il a appris, et peut les appliquer dans des contextes similaires, ou les expliquer à d’autres personnes. Plus simplement, on peut parle de trois étapes : l’observation, l’association et l’expression.

Le rapport au milieu

La classe — voire même l’école — doit être un laboratoire, un lieu où l’enfant est stimulé. En effet, pour Ovide Decroly, l’école n’est qu’un pis-aller. C’est-à-dire que l’enfant peut apprendre dans n’importe quel contexte, à la campagne, dans la rue, dans les usines, au musée, etc.

Toutefois, le pédagogue ne conçoit l’école qu’à la campagne, en lien étroit avec la nature, qui est pour lui la source première de connaissances et d’apprentissage pour l’enfant. Il rejoint aussi les idées de Montessori et de Kergomard, concernant un milieu en accord avec l’enfant, sa taille et ses besoins. Pour lui, l’éducateur doit être attentif à la manière dont il aménage son espace pour ne pas entraver les apprentissages naturels de l’enfant.

Pour Ovide Decroly, l'enfant apprend mieux lorsqu'il est intéressé, et d'autant mieux lorsqu'il se trouve au contact de la nature.

Références

Besse, J-M (1982). Decroly. Toulouse : Editions Privat. 180p.

Decroly-Saint Mandé (1988). Plaisir d’école, Decroly : une différence pédagogique. Paris : Hommes et Groupes éditeurs. 239p.

Decroly, O (2009). Le programme d’une école dans la vie. Paris : Editions Fabert. 253p.

Pourtois, J-P & Desmet, H (2013). « Ovide Decroly ». In Quinze pédagogues / sous la direction de Jean HOUSSAYE. Paris : Fabert, 2013

Wagnon, S (2013). Ovide Decroly, un pédagogue de l’Education Nouvelle, 1871-1932. Bruxelles : P.I.E. Peter Lang. 271p.

 

Crédits photographiques: Leo Rivas (Unsplash) • Joel Overbeck (Unsplash) • Lubomirkin (Unsplash) • Archiskhole © 2018

Sarah, architecte DE et ingénieur bâtiment, créatrice du blog Archiskhole.

SARAH

Architecte DE et Ingénieur Bâtiment, j’ai conçu ce site pour vous accompagner dans vos questionnements et vos démarches autour de l’école. Bonne lecture !

Suivez-moi

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le blog Archiskhole, vous acceptez l’utilisation des cookies. En faisant défiler la page, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer